Filmer la guerre : les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946)


Du 8 janvier au 27 septembre 2015

L’exposition a bénéficié de prêts du RGAKFD (Russian State Documentary Film and Photo Archives), des Archives Nationales de Paris, de la Bibliothèque Medem, de la Bibliothèque Tourgueniev, de la BDIC, et de la Cinémathèque française.
En partenariat avec ARIAS (CNRS – Université Sorbonne Nouvelle - ENS), ARCHE (Université de Strasbourg), le Centre d’étude franco-russe, l’Institut polonais, Paris, Le Fresnoy-Studio national d'arts contemporains.

À l’occasion du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de l’ouverture des camps par les Alliés, le Mémorial de la Shoah propose une exposition exceptionnelle consacrée à l’étude des images de la Shoah filmées par les opérateurs soviétiques.

Dès 1941, dans les pas de l’Armée rouge, les opérateurs soviétiques sont envoyés sur le front et captent les traces du génocide. Les images filmiques de ce crime, que l’Occident a pour la plupart oubliées, n’ont pas été exploitées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Comment et dans quels buts ont été tournées, montées et projetées ces images en URSS pendant la guerre ? Pourquoi les Soviétiques ont-ils minimisé, en dépit des faits, la spécificité des Juifs parmi les victimes des exactions nazies ? Que nous apprennent sur la Shoah ces films pour la plupart inédits ?
 
Entre 1941 et 1945, du fait de la géographie des opérations militaires, seuls les Soviétiques ont pu filmer les traces de Shoah dans toute son ampleur, sa systématicité et la variété des mises à mort. Les centaines d’images montrées dans cette exposition dévoilent l’ouverture des fosses et les traces des exécutions de masse en Europe de l’Est (Babi Yar, Rostov, Krasnodar, Kertch, etc.), la libération des camps de concentration et d’extermination (Klooga, Majdanek, Auschwitz, etc.), ainsi que les multiples procès et exécutions qui suivirent la Libération. Les images réalisées par ces quelque 400 opérateurs, dont le célèbre Roman Karmen, ont permis aux autorités soviétiques de construire une histoire de la
« Grande guerre patriotique » au cinéma.
 
Commissariat scientifique : Les chercheurs du projet CINESOV - Le cinéma en Union soviétique pendant la guerre, 1939-1949 – Valérie Pozner, Alexandre Sumpf, Éric Aunoble, Victor Barbat, Thomas Chopard, Juliette Denis, Nathalie Moine, Ania Szczepanska, Irina Tcherneva, Vanessa Voisin.
Commissariat général : Marie-Édith Agostini, Sophie Nagiscarde, Mémorial de la Shoah


Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy–l’Asnier 75004 Paris
Tél. : 01 42 77 44 72 Fax : 01 53 01 17 44
 
Entrée libre
Ouverture tous les jours sauf le samedi, de 10 h à 18 h, et le jeudi jusqu’à 22 h
Métro : Saint-Paul ou Hôtel-de-Ville
www.memorialdelashoah.org